​A71/montée des Volcans : une troisième voie pour une autoroute plus sûre

Ce vendredi 4 mai, après deux ans de travaux, la troisième voie de la montée des volcans est mise en service. En ce mois de mai propice aux déplacements, la circulation sur cette section, généralement congestionée, va être améliorée.
Dans le cadre des contrats plans 2014-2018 avec l’État, APRR a aménagé ces sept kilomètres dans le sens Clermont-Ferrand vers Bourges afin de renforcer la sécurité des automobilistes et de fluidifier la circulation.

Un aménagement nécessaire

Le projet porte sur une section en montée dont les particularités sont l’accidentologie élevée et les fortes congestions. Cette situation est due à la différence de vitesse entre les poids-lourds et les véhicules légers. La vitesse des poids-lourds, étant très basse dans la montée, peut généralement descendre jusqu’en dessous de 40 km/h. Cela rend le dépassement entre les véhicules dangereux. Compte tenu du fort trafic de poids-lourds, le taux d’accidentologie sur cette section était très élevé, il était donc nécessaire de créer cette 3e voie qui permettra une meilleure cohabitation entre tous les véhicules.

Une nouvelle voie pour plus de sécurité et de fluidité

L’ajout d’une troisième voie permet dans un premier temps de réduire les interférences entre poids lourds et véhicules légers en proposant à ces derniers une voie rapide dédiée. 
Cette nouvelle configuration, plus sécuritaire offre également aux automobilistes un gain réel en fluidité. 
Outre les bénéfices aux usagers, l’aménagement permet aussi une amélioration de la sécurité du personnel autoroutier. La couverture vidéo sur la section a été renforcée. Ainsi, les agents peuvent grâce à ces images qualifier la situation sur le terrain et préparer efficacement les interventions. 
De plus, le dispositif de glissières sécurité a été amélioré afin d’assurer la protection des agents routiers lors des interventions.

Une protection du milieu naturel améliorée

Un système d’assainissement existant collecte l’ensemble des eaux de ruissellement de chaussées. Les eaux sont acheminées vers un ensemble de 10 bassins de traitement localisés le long de l’autoroute. Afin de mieux intégrer le projet à son milieu naturel, le système de traitement des eaux a été amélioré et trois bassins ont été agrandis pour prendre en compte la surface imperméabilisée supplémentaire liée à l’élargissement.

Le projet en quelques chiffres

Durée des travaux : 2 ans 
Coût : 26 M€ financés à 100 % par APRR
Trafic : 32 000 véhicules/jours dont 12 % de poids-lourds