A89  – A6 Un projet qui nous rapproche

À J – 670 JOURS DE L’OUVERTURE DE LA TRANSEUROPÉENNE
BORDEAUX-GÉNÈVE

L’A89, autoroute transversale de 500 km environ, a été voulue comme un outil puissant de désenclavement du Massif central, relié jusqu’alors par autoroute uniquement à Paris. Il s’agit également d’assurer de grandes liaisons autoroutières d’Est en Ouest.

En l’absence d’aménagement entre l’autoroute A89 et l’autoroute A6, la continuité autoroutière n’étant plus assurée, les niveaux de trafic impliquent des congestions fortes aux heures de pointe, des conditions de sécurité dégradées et des nuisances importantes pour les riverains (tant des voiries locales, RD307, que nationales : RN7, RN489, RN6). Ces encombrements chroniques seront en très forte augmentation en raison de l’inadéquation du réseau face aux besoins de déplacements, avec un report important d’une partie du trafic sur le réseau local et une dégradation des conditions de sécurité.

Demain, la liaison A89-A6 de 5,5 km permettra de relier Bordeaux à Genève via un parcours entièrement sur autoroute. Cette liaison est le dernier chaînon manquant de la « Transeuropéenne ».

Deux objectifs sont poursuivis dans ce projet :

  • assurer cette continuité autoroutière pour les trafics de transit ;
  • redistribuer les trafics d’échanges prépondérants entre l’A89, l’A6, Lyon et les trafics locaux.

MISE EN SERVICE = FÉVRIER 2018

SITUATION DU PROJET

LA RÉALITÉ : UN TRAFIC EN AUGMENTATION

Les estimations de trafic calculées à partir d’un modèle développé sur l’ensemble de l’agglomération lyonnaise montrent qu’après la mise en service de l’A89 entre Balbigny et La Tour-de-Salvagny :

les flux sur la RN7 au nord de La Tour-de-Salvagny, sur la RN489 et la RD307 augmentent fortement du fait de la mise en service de l’A89 associée à une légère croissance du trafic automobile lié au secteur :

  • le débit sur la RN7 devrait atteindre alors un peu plus de 40 000 véhicules / jour en 2018 ;
  • sur la RN489, l’augmentation du trafic journalier est de 40 % par rapport à 2011 ; le niveau de trafic devrait atteindre un peu moins de 40 000 véhicules / jour. C’est l’itinéraire privilégié entre l’A89 et l’A6 ;
  • sur l’itinéraire alternatif, la RD307 en entrée de Lyon, avec 20 000 véhicules / jour, le trafic est également en forte progression par rapport à 2011 (+ 67 %).

Cet axe accueille une part non négligeable du trafic en relation avec le nord de Lyon et l’ouest de l’agglomération compte tenu de la saturation des axes RN489, RN6 jusqu’à l’échangeur de la Garde. Les conditions de circulation vont donc se dégrader fortement par rapport à la situation actuelle dans le secteur de la RN489 du fait de la croissance endogène du trafic et de la mise en service de l’A89 qui engendre un trafic nouveau.

En résumé, les niveaux de trafic seront trop importants pour pouvoir s’écouler de façon fluide sur le réseau existant sans aménagement complémentaire. L’ensemble de l’itinéraire de la RN7 jusqu’à l’A6 via la RN489 est donc soumis à de très fortes difficultés de circulation en direction de Lyon durant les heures de pointe du matin et du soir. La RD307 connaît également de fortes difficultés et n’offre pas une alternative pertinente pour l’accès à Lyon, avec des niveaux de saturation de 90 % à 120 % sur toute la longueur du parcours. Tout cela engendre des problèmes de sécurité et induit des situations potentiellement accidentogènes.

UN PROJET QUI APPORTE DES SOLUTIONS

Au sein de ce programme, la liaison A89-A6 permettra :

  • d’assurer la continuité autoroutière sur un axe Est–Ouest de Bordeaux jusqu’à Genève ;
  • d’améliorer la structuration des flux de transit et d’échanges sur les grands axes routiers français.

Les fonctionnalités recherchées pour cette opération sont :

l’obtention d’un niveau de service satisfaisant en matière de fluidité et de sécurité pour le trafic de transit ; une captation efficace des trafics d’échanges prépondérants entre Bordeaux et Genève sur un itinéraire aménagé à cet effet ;

en conséquence, une redistribution cohérente des trafics locaux et d’échanges avec l’ouest de l’agglomération lyonnaise sur les itinéraires existants ;

une remise à niveau environnementale des voiries réaménagées (N7, N489 et A6) offrant ainsi une amélioration du cadre de vie des riverains de ces infrastructures.

Demain, la 9e plus grande ville de France, Bordeaux, sera à moins de 6 h 50 de Genève, siège de nombreuses organisations internationales et des Nations Unies.

Concrètement le projet de liaison comprend :

 l’aménagement et la mise à niveau aux caractéristiques autoroutières de la déviation de la RN7 au droit de La Tour-de-Salvagny, sur un linéaire d’environ 2 km ;

le réaménagement d’un dispositif d’échanges complet avec la RN7, la RD307, la RD77E, la RN489, la RD73 (diffuseur RN7/RD307) et la suppression du demi-diffuseur existant sur la RN489 avec la RD73 (demi-diffuseur du Carret), sur 0,7 km environ ;

la mise à 2 x 2 voies aux caractéristiques autoroutières de la RN489 entre la RN7 et la RN6 sur un 6 linéaire de 2 km environ ;

le réaménagement du dispositif d’échanges existant entre la RN489, la RD306 et la RN6 (diffuseur RD306/RN6) ;

la réalisation d’un barreau autoroutier à 2 x 2 voies entre la RN6 et l’A6, sur un linéaire d’environ 800 m ;

la réalisation d’un échangeur complet avec l’A6 (bifurcation A89/A6). La réalisation de ce système d’échanges avec l’A6, partie intégrante du projet, nécessite l’aménagement des voies et des zones d’entrecroisement dans les deux sens sur l’autoroute A6 entre la bifurcation A89-A6 et le diffuseur de la Garde sur une longueur d’environ 3 km. La liaison A89-A6 ne sera pas dotée d’installations de péage.

LE PROJET EN RÉSUMÉ

L’ACCOMPAGNEMENT DES AUTOMOBILISTES

Conscient que le trafic sera fortement perturbé pendant ces 22 mois de chantier, APRR s’engage à accompagner les automobilistes dans leurs déplacements. Entre temps de trajet modifié, itinéraires évolutifs selon les phases de travaux et gêne dans la conduite liée à des ralentissements, voire des bouchons, APRR propose un dispositif complet d’information pour répondre aux besoins des usagers, des riverains et des communes pendant les périodes de travaux pour :

• Valoriser le projet de l’A89 aux échelles européenne, française, régionale et locale.
• Partager les informations pour mieux vivre le chantier et comprendre le projet de liaison.
• Accompagner spécifiquement les usagers en fonction de leur mode d’utilisation du tronçon A89.
• Permettre d’assurer la sécurité et anticiper les flux de trafic pendant la période de travaux.