APRR et l’Office national des forêts : pour une gestion durable du patrimoine boisé.

Le groupe APRR œuvre chaque jour en faveur de la protection de la biodiversité et d’une gestion raisonnée des ressources. Disposant d’un patrimoine naturel de plus de 12 000 hectares, le Groupe assure la sécurité de ses salariés et clients, dans le respect de ses engagements environnementaux et de la pérennité des ouvrages. APRR, acteur de la gestion durable du patrimoine boisé, s’appuie sur l’expertise de l’Office national des forêts dans la mise en œuvre de diverses actions.
 

Des experts au service de l’environnement

Déjà missionné sur des sujets d’aménagements d’arbres d’ombrage et d’ambiance sur les aires du groupe APRR, l’Office national des forêts (ONF) apporte aujourd’hui son expertise dans l’élaboration d’actions de gestion préventive d’espaces boisés pour entretenir durablement les talus autoroutiers.
 
Il est, en effet, indispensable de comprendre les écosystèmes pour les préserver. Chaque peuplement boisé a sa spécificité, comme chaque arbre a un état physiologique et sanitaire différent. Il est important de les diagnostiquer pour gérer durablement les espaces naturels.

Identifier les risques pour sécuriser l’autoroute

Fin d’année 2019, le site AREA de Lyon – Chambéry, qui gère les autoroutes A41 Nord (Annecy – Chambéry) et A43 (Lyon – Chambéry), a missionné l’Agence départementale de Savoie de l’ONF pour l’épauler dans cette démarche sur ce secteur.
Ces couloirs de circulation sont soumis à des fortes chutes de neige ou à des épisodes venteux et orageux de plus en plus soudains et brutaux. Ces épisodes sont à l’origine de chutes d’arbres et d’érosion de terrains. La multiplication de tels événements pourrait s’avérer dangereuse pour la sécurité des clients.

Une expertise, menée cet hiver 2019-2020 par l’ONF, a permis d’identifier les enjeux et problématiques, comme les risques de basculement d’arbres, la stabilisation des talus et de falaise, la gestion de lisières ou encore la pérennité des ouvrages d’art.

Quelques actions préventives ont été décidées pour limiter les risques : abattage sélectif et au moment opportun.
Cette opération aura un double bénéfice :

  • sécuritaire pour les clients,
  • environnemental, en permettant de favoriser le développement des espèces de sous-bois.

Philippe Coquet, expert arbre conseil au sein de l’Agence départementale de Savoie de l’ONF, nous partage son retour d’expérience sur sa collaboration avec AREA :
 
« L’étude de la bande arborée le long des voies autoroutières a permis de mettre en avant les contraintes de la végétation pour le réseau mais également son potentiel. L’enjeu principal est la sécurisation des voies de circulation et des ouvrages contre la chute des arbres ou le glissement des talus. L’autre enjeu pour le groupe APRR est le maintien d’une trame verte arborée le long de son réseau. Le rôle de l’ONF : concilier ces deux enjeux parfois antagonistes.
 
Les inventaires réalisés lors de l’étude ont permis de classer les tronçons autoroutiers selon leur risque ou leur potentiel. Nous avons ainsi proposé des actions de traitement, classées selon leur urgence, pour cibler les zones les plus dangereuses, tout en assurant un maintien des zones arborées tout au long du tracé. Le paysage est ainsi moins monotone. Des cartes par secteur géographique ont été éditées pour faciliter le travail des agents autoroutiers.
 
Outre ces opérations de sécurisation, d’autres actions préconisent une sélection d’espèces nouvelles, comme le chêne ou le tilleul, qui s’installent doucement sous les peuplements pionniers composés de bouleaux, frênes, peupliers et autres robiniers très présents sur les sols constitués lors de la création de l’autoroute.

La conséquence de la sécurisation des voies contre les phénomènes météorologiques de plus en plus brutaux sera la diminution des arbres très proches des voies, pour limiter tout risque d’obstruction. Mais, naturellement, des bois plus pérennes sont en cours d’installation sur les bordures du réseau, avec tout leur cortège de biodiversité. »
 
Cette démarche a pour volonté d’être étendue à d’autres zones à risques du groupe APRR.

Des actions fréquentes sur les aires de repos et de services

L’Office national des forêts se rend régulièrement sur les aires de repos et de services du groupe APRR pour y réaliser un diagnostic et proposer des recommandations d’entretien et de préservation du patrimoine boisé.
 
Voici quelques exemples d’actions mises en place suite à l’expertise de l’ONF :

  • A5 (Paris – Langres) : sur les aires des Tomelles et de Saint-Pouange, des replantations de jeunes arbres seront organisées dès l’automne prochain dans le but de remplacer certains sujets problématiques.
  • A6 (Paris – Lyon) : sur l’aire de la Grosse Tour, des vergers ont été plantés (pommier, merisier, poirier, pêcher).
  • A6 (Lyon – Paris) : sur l’aire d’Hervaux, des îlots de sénescence ont été matérialisés par des ganivelles de châtaignier. Ils seront ainsi préservés de toute intervention et présence humaine pour de nombreuses années.