Au 1er février 2018, la hausse moyenne des tarifs de péage sera de 2 % pour le réseau APRR (AREA* : 2,04 %)

En 2018 la hausse moyenne des tarifs de péage, de 2 %, se structurera de la manière suivante :

0,76 % → répercussion de la hausse de la redevance domaniale prélevée par l’État
0,37 % (AREA : 0,41 %) → investissements supplémentaires, hors-contrats de concession (contrats de plan), demandés par l’État
0,87 % → 85 % du taux d’inflation constaté en octobre 2017 (1,0262 %)

 ​

Répercussion de l’inflation et de mesures fiscales de l’État
Ainsi pour 2018, la hausse des tarifs des péages s’explique pour une large part par la reprise de l’inflation et pour plus d’un tiers par la répercussion de mesures fiscales imposées par l’État (redevance domaniale en l’occurrence).

La redevance domaniale est une taxe versée par les sociétés concessionnaires à l’État pour l’occupation du domaine public.

Depuis 2006, l’ensemble des sociétés concessionnaires ont investi plus de 20,4 milliards d’euros sur leurs réseaux au bénéfice de la desserte et du développement économique des territoires, et de l’intégration environnementale des infrastructures. Grâce au système du péage, ces investissements ne pèsent ni sur les contribuables, ni sur les finances publiques : 40 % revient à l’État sous forme d’impôt et taxes. Ils constituent par ailleurs un levier de croissance important pour l’activité économique nationale et locale.

* Filiale d’APRR​