LE MERCREDI 15 JUIN 2016, REPRISE D’EXPLOITATION DE L’A48/A480 PAR AREA

Dans le cadre du plan de relance autoroutier, l’A48/A480, section comprise entre Saint-Egrève et Claix, soit 15 km, a été concédée à la société AREA. À partir de mercredi 15 juin à 10 h, les équipes d’AREA rattachées au centre d’entretien des Trois Massifs prennent en charge l’exploitation de cette section qui restera libre de péage. Ce centre d’exploitation couvre la zone géographique étendue sur trois secteurs : le Crozet, Rives et Saint-Marcellin, permettant ainsi d’intervenir, le cas échéant, dans les meilleurs délais. Revue de détail d’une reprise d’exploitation dont l’enjeu est d’exploiter cette nouvelle section dans les meilleures conditions de sécurité et de confort pour tous les usagers, ainsi que pour les agents autoroutiers.

S’APPROPRIER LE TRACÉ ET FACILITER LE PASSAGE DE RELAIS 

Le centre d’entretien AREA des Trois Massifs, qui prend en charge l’exploitation de cette section, est à l’œuvre depuis plusieurs mois. En amont, un travail de reconnaissance et de repérage a été indispensable pour bien connaître ce tracé qui comprend de nombreux échangeurs très rapprochés et un trafic élevé. Il s’agit essentiellement d’une autoroute urbaine (plus de 100 000 véhicules/jour) avec des pointes fortes le matin de 7 h à 9 h et le soir de 17 h à 19 h. Encadrées par Raymond Joder, chef du centre d’entretien, les équipes d’AREA ont beaucoup échangé avec l’exploitant précédent (la DIR Centre-Est), les forces de l’ordre et les différents intervenants afin de bénéficier de leur connaissance et expérience du réseau.

UNE INTÉGRATION SOIGNEUSEMENT PRÉPARÉE

L’ensemble de l’exploitation d’AREA est impliquée et mobilisée pour l’intégration à son réseau de ce nouveau tronçon. Afin d’en assurer l’exploitation, le centre d’entretien a renforcé ses effectifs avec le recrutement de 6 agents de la DIRCE affectés à la viabilité/sécurité pour assurer, comme partout ailleurs, la surveillance de son réseau 24 h/24. Toutes les procédures ont dû être revues pour intégrer les particularités de ces 15 km : modalités d’exploitation, dispositif d’astreinte, etc.

Le secteur du Crozet rattaché au centre d’entretien des Trois Massifs, directement concerné par cette section, va bénéficier d’aménagements avec notamment une extension du bâtiment principal, l’arrivée de nouveaux véhicules d’exploitation, un stockage de sel agrandi.

Un autre enjeu consiste à connecter les équipements actuellement en place sur l’A48/A480, au PC de circulation installé à Aiguebelette qui surveillera l’ensemble des 428 kilomètres du réseau AREA. Cette section dispose d’équipements de sécurité : 8 panneaux à message variable, 22 panneaux de signalisation de police dynamique, 10 stations de comptage, 46 caméras de vidéosurveillance et un pylône radio. La continuité du bon fonctionnement de ces équipements est vérifiée lors de cette reprise d’exploitation.

DES PREMIERS TRAVAUX DE JUIN À OCTOBRE SUR L’A48

D’ores et déjà, des travaux d’entretien sont nécessaires sur l’A48 entre le diffuseur de Saint-Égrève et la bifurcation A48/RN481. Ces travaux vont s’effectuer sous circulation en limitant la gêne aux automobilistes. L’ensemble des voies de circulation seront maintenues mais réduites en largeur. La limitation de vitesse sera donc abaissée à 70 km/h. Des fermetures ponctuelles seront organisées uniquement la nuit pour limiter les perturbations de circulation.

D’autre part, la voie spécialisée partagée (VSP) sera interrompue cet été. Tous les véhicules emprunteront les voies habituelles. La réouverture de la VSP est prévue pour mi-septembre prochain.

UN AMÉNAGEMENT PROGRAMMÉ À PARTIR DE 2019

En parallèle, les discussions entre AREA et ses différents partenaires locaux (la Métropole, le Département, la Préfecture et les services de l’État) se poursuivent pour préciser les aménagements urbains de l’A480 qu’il sera nécessaire de réaliser afin de redonner à cet axe structurant pour les déplacements dans l’agglomération grenobloise toutes ses fonctionnalités de fluidité, sécurité et intégration urbaine.

Cela s’inscrit dans un programme d’aménagement concerté qui ne devrait pas débuter avant 2019.